Catégories
Presse

La compensation écologique contre la planète

Voici un article sur la compensation écologique, publié sur le site Lundi.am .

Extraits :

« Dans l’esprit de la loi, la compensation est la solution de dernier recours, après que l’on ait évité et réduit au maximum les impacts environnementaux d’un projet d’aménagement, et elle n’est pas forcément liée à une approche libérale des problèmes environnementaux. Pourtant, aujourd’hui, la compensation est la principale approche mise en œuvre par les aménageurs face aux dégradations causées par leur activité »

« l’efficacité des mesures de compensation, en termes de conservation de la biodiversité, est très critiquée de la part des écologues, sur des bases scientifiques et techniques »
« nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend »

« Tritons crété-e-s contre béton armé »

« Pour les militants, le paysage de la ZAD était un lieu unique, comme est unique chaque écosystème. Dans ce sens, les écosystèmes sont similaires aux monuments historiques. Chaque monument est considéré comme unique et authentique. Il peut être restauré, mais il ne pas être détruit et reconstruit par des techniques modernes dans un autre lieu. Ce serait alors un autre monument, avec une autre histoire. »

« Si, après une perturbation, la végétation et les populations animales peuvent se reconstituer à l’identique (ou presque), il n’en est pas de même des sols. Les sols conservent les traces des changement climatiques qui les ont affectés, des espèces qui les ont habités, des pratiques des humains qui les ont occupés et de toute perturbation importante. Ils constituent une véritable mémoire de l’écosystème. Les sols dont nous disposons et que nous détruisons actuellement sont le fruit d’une longue histoire, souvent commencée il y a 12 000 ans, à la fin de la dernière glaciation. »

L’article intégral : https://lundi.am/La-compensation-ecologique-contre-la-planete

Catégories
Non classé

Emplois à tout prix ?

L’un des principaux arguments des défenseur.se.s du projet Val Bréon 2 est la création de milliers d’emplois pour les chômeur.se.s de la région. Pour appuyer leurs propos, ils se basent sur des chiffres et des statistiques auxquels on fait dire ce que l’on veut. Lorsque que l’on regarde ce qui se passe à Val Bréon 1, première zone d’activité dont Val Bréon 2 est la continuité, nous avons de quoi douter. Sur les 2 000 emplois promis à peine plus de la moitié a été réellement crée. La plupart de ces emplois ne profitent même pas aux chômeur.se.s de la région, car beaucoup des personnes recrutées viennent d’autres départements. 

Précarité à tous les étages 

Quant aux contrats proposés, il s’agit le plus souvent de missions d’intérim de courte durée en fonction des besoins en main d’œuvre. Les activités de la logistique représentent 25% du total des emplois intérimaires de France. Selon les chiffres de l’INSEE, 26% des emplois en manutention et entreposage de la logistique sont des contrats en CDD ou intérimaires)1.  Nous sommes donc loin d’emplois pérennes. Les travailleur.ses soumis à ce genre de contrats peuvent se retrouver pendant plusieurs mois sans travail, donc sans revenus, si les agences d’intérim ne les appellent pas. Ces personnes vivent alors dans l’incertitude du montant qu’ils toucheront à la fin du mois, et ce tous les mois… Certains intérimaires peuvent travailler pendant plusieurs années dans une même entreprise, sans pour autant avoir de CDI à la clé, et donc toute la sécurité qui en découlerait. Ces travailleur.ses ne peuvent bénéficier des différents accords mis en place dans les entreprises pour lesquelles ils.elles travaillent, sauf quelques rares exceptions. 

En plus de proposer des emplois précaires, ces plates-formes contraignent les travailleur.se.s à des horaires décalés : embauche très tôt le matin (5-6 h), débauche très tard le soir (21-22 h), voire travail de nuit. Il est donc indispensable d’être véhiculé. Il existe bien une ligne de bus qui mène à Val Bréon 1, mais les horaires ne sont pas adaptés à ceux des travailleur.se.s de la plate-forme. Aussi pour respecter leurs horaires, les travailleur.se.s intérimaires de la zone, sans véhicule à cause de leurs petits revenus, sont souvent obligés de faire le trajet à pied depuis la gare de Tournan-en-Brie, soit plus d’une heure de marche le long de la voie rapide non éclairée, quelles que soient les conditions climatiques… 

Ces travailleur.se.s intérimaires n’ont pas d’autres choix que d’accepter ces horaires et d’être à l’heure, car en cas de manquement ils ne sont pas protégés, contrairement aux salarié.e.s d’une entreprise. Là où les salarié.e.s se voient prévenus par des convocations préalables avant d’être licenciés, les intérimaires, eux, ne voient pas leurs missions renouvelées s’ils s’absentent, quand bien même leurs justifications seraient légitimes. 

Les défenseurs du projet Val Bréon 2 se vantent de la création d’emplois, mais leurs tableaux de statistiques ne montrent pas la précarité qui découle de ces chiffres. Ils ne peuvent pas lire dans leurs notes la souffrance de ces salariés. 

Destruction des petits commerces  

De plus lorsque les entrepôts s’installent dans une zone, c’est souvent au détriment des commerces de proximité dont le chiffre d’affaires diminue, souvent jusqu’à la fermeture définitive. Ce sont donc des petit.e.s commerçant.e.s, habitant la région, qui ont souvent placés toutes leurs économies dans leur commerce qui se retrouvent sans le sou. Par exemple, lorsqu’une entreprise comme Amazon créé un emploi, ce sont 2,2 emplois qui sont supprimés dans les entreprises de proximité.  2

Si nos élu.e.s de la Communauté de communes se souciaient vraiment de l’emploi et du bien-être des habitant.e.s, ils soutiendraient les commerces de proximité dans les villes et villages, au lieu de les remplacer par des distributeurs de pommes de terre ou de pain… Ainsi, les habitant.e.s pourraient à nouveau acheter leurs légumes ou leur pain à des personnes en chair et en os. En profiter pour échanger quelques mots. Bref, renouer un lien social.  

Et la transition ? 

Il y a pourtant de nombreuses pistes possibles en termes d’emplois dans la région que nos élu.e.s et les investisseurs devraient développer. Par exemple, dans le domaine des transports publics qui manquent cruellement dans notre département. Et plutôt que de continuer à bétonner des terres agricoles, alors même que tous les indicateurs mondiaux sont dans le rouge en termes de pollution et de crise alimentaire à venir, pourquoi ne pas investir dans la transition énergétique ou l’agriculture, secteurs beaucoup plus pourvoyeurs d’emplois et qui le seront encore davantage étant donné la situation. De telles initiatives permettraient la création d’emplois stables, porteurs et tellement plus épanouissants que de soulever des cartons dans une plate-forme logistique ! 

Références :

[1] Wemelbeke Guillaume,Que représente la logistique dans l’emploi en France ?, Commisariat Général au Développement Durable-DataLab, mars 2018, accessible en ligne : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2018-11/datalab-essentiel-139-logistique-dans-l-emploi-en-france-mars2018.pd

[2] « Mounir Mahjoubi accuse Amazon de détruire 7 900 emplois et appelle à acheter français », 22 novembre 2019latribune.fr

Catégories
Non classé

Sentinelles de la nature

Le projet « Val Bréon 2 » est recensé sur le site « Sentinelles de la nature », animé par France Nature Environnement (FNE), comme « dégradation observée »

Consulter la fiche « Val Bréon 2 » sur le site « Sentinelle de la nature »

Catégories
Non classé

L’artificialisation des terrains agricoles n’a aucun impact sur le foncier : FAUX

D’après la préfecture de Seine-et-Marne, la vente des terrains agricoles en vue de plan d’artificialisation a des conséquences pour les exploitants mais aussi pour l’ensemble de la filière. Si certains propriétaires profitent du prix du terrain qui augmente pour vendre leur terre, d’autres n’arrivent plus à acheter des terres, devenues trop chères. Sans parler des ménages contraints à s’éloigner de plus en plus de Paris et de sa périphérie pour trouver à se loger à des prix plus abordables.

Catégories
Non classé

Renaturer une zone artificialisée ne coûte rien : FAUX

Le coût moyen total pour renaturer un sol artificialisé est estimé entre 95 et 400 €/m2 (hors coût de déconstruction) selon France Stratégies, ex-commissariat général à la Stratégie et à la Prospective. C’est le prix à payer pour recréer les services qu’un sol naturel rend à la société : infiltration des eaux, stockage du CO2 ou production de biomasse. Et c’est sans compter sur le fait qu’il n’est pas toujours possible de
restaurer les écosystèmes endommagés !

Catégories
Non classé

L’artificialisation rend plus de services que la biodiversité : FAUX

Dépollution des eaux, réservoir de ressources génétiques et chimiques pour les médicaments de demain, maintien de la fertilité des sols, qui garantit notre alimentation… : les bénéfices économiques globaux liés à la biodiversité ont été évalués à plus de 1 500 milliards de dollars (environ 1 280 milliards d’euros) par an. En comparaison : le seul service rendu par un sol artificialisé est de supporter les constructions et les voies de transport…

Catégories
Non classé

L’artificialisation n’a que peu d’impact sur la biodiversité : FAUX

De nombreux travaux scientifiques ont démontré que la perte de biodiversité à l’échelle mondiale est principalement due à la fragmentation des espaces naturels, conséquence de l’artificialisation. Rien d’étonnant, car plus de 25 % des espèces vivent dans le sol.

Catégories
Non classé

L’artificialisation empêche le sol de jouer son rôle d’épurateur : VRAI

Les microorganismes (bactéries et champignons microscopiques) présents dans le sol peuvent immobiliser et dégrader les polluants, limitant leur transfert vers les eaux superficielles ou souter­raines. En 2000, le coût de la ­décontamination en Europe était estimé à 59 109 milliards d’euros.

Catégories
Non classé

Artificialisation et érosion des sols n’ont aucun lien : FAUX

En intensifiant le ruissellement au détriment de l’infiltration de l’eau, l’artificialisation empêche le sol de jouer son rôle de régulateur des cours d’eaux. Résultat : crues et inondations, et coulées d’eau boueuse augmentent.

Catégories
Non classé

L’artificialisation diminue la capacité de stockage du carbone dans les sols : VRAI

Les sols sont le second réservoir de carbone (CO2) après les océans. La photosynthèse due à la végétation permet de fixer le CO2 qui est ensuite séquestré dans les sols où il se transformera sur plusieurs millions d’années en charbon, gaz naturel et pétrole. En favorisant certaines pratiques agricoles, on peut ainsi accroître de 0,4 % par an la séquestration du carbone dans les quarante premiers centimètres de profondeur du sol, soit environ 80 % de l’augmentation de la concentration atmosphérique en CO2 sur l’année 2017.